lundi 7 juillet 2014

Le noir est une couleur...


9 commentaires:

christiane a dit…

Quelle magnifique composition ! On dirait que les lignes, les volumes, les gris colorés, la sobriété, la lumière ont été choisis lentement. Les angles, les triangles, donnent à cette immobilité une structure parfaite. Et pourtant... ce n'est pas une toile, c'est un doigt qui appuie en une seconde sur l'obturateur. Quel photographe ! Quel oeil !

François a dit…

C'est du grand art ! ces gris allant jusqu'au noir le plus profond,cette lumière ajoutant des reflets sombres et délicats, vous nous montrer Cher Henri, combien vous maitrisez votre savoir faire et combien vous jouez avec les équilibres et les points de fuites.

Anonyme a dit…

La Seine est haute, très haute, elle affleure le quai… parfois une péniche la fait déborder… une vague oblique lèche alors les pavés, envahit la conque des arbres… Une eau un peu vaseuse abandonnée par le reflux aux pieds des érables, sert de baignoire aux oiseaux et fait briller le grès. Le courant emporte à tout va et à vive allure branches arrachées et objets flottants. La masse d’eau frétillante s’illumine de friselures au couchant, striures gris perle, taches gris souris, en amont rayures gris anthracite. De rares promeneurs s’attardent comme en une épopée, comptent leurs pas, choisissent hésitants la pierre où les poser, s’écartent prudents du bord du fleuve. Le soir tombe doucement sur une journée pluvieuse… le ciel s’est débarbouillé… ne restent que quelques traînées de nuages couleur mite et suie mêlées qui masquent mal un bleu incertain mais là… l’air est doux… le vent a déserté les berges… La rumeur de la ville semble assoupie, couverte par le gazouillis des remous… et l’on est loin de tout, au creux de Paris, et l’on rêve d’ailleurs, d’un port, d’un canal, de l’océan sans fin, d’un gîte où se lover, solitaire, pour contempler, tranquille, l’eau qui passe…
MF

Pascale a dit…

Votre texte MF se lit avec grand plaisir, vous écrivez bien et on perçoit combien vous aimez la poésie et la "belle langue".
J'aime aussi l’analyse profonde de Christiane sur cette photo superbe de Henri,chez elle on sent qu'elle aime la peinture et qu'elle la pratique certainement.
C'est un "régal" de venir sur ce blog et d'avoir à lire des textes de bons niveaux.
Merci.

Nicole Giroud a dit…

Pascale a raison: c'est un plaisir de venir sur ce blog où les commentaires concernent uniquement les très belles photos d'Henri. Est-ce parce que c'est un artiste qui ne remue pas de boue mais se concentre sur les paysages et les hommes? Est-ce parce que c'est une belle personne qui ne doit pas traîner dans les cocktails foires aux vanités?
Je crois que c'est parce qu'il nous livre, avec simplicité, parfois avec malice mais toujours avec tendresse un regard humaniste qui décourage la bassesse.

Isabelle a dit…

Je crois me souvenir que vous aviez eu une exposition avec Bernard Plossu à Rodez au pays de Pierre Soulages.
Vous en avez subi l'influence pour vos noirs ?
Je n'ajouterais rien de plus sur cette photo.
;0)

Eric a dit…

La couleur noire comme le blanc sont deux couleurs qui trompent le posemètre de l'appareil photo et c'est par un réglage à contre courant qu'il convient d'opérer pour les mettre en valeur sur l'image. J'ai eu un peu de mal à le comprendre.
Cette image aux coulées de poussières noirâtres me fait penser à la vie difficile des mineurs de fond et au dur labeur auquel ils ont été et sont encore soumis dans certains pays du monde
Vos images Henri suscitent l'émotion et je pense que cela est la plus belle des réussites dans le partage

Gabrielle a dit…

Bien vu Eric, cette photo n'est pas "qu'une belle image" car subtilement, discrètement, Henri, nous rappelle quelle vie ont eu ce que l'on dénommaient" Les gueules noirs" Ils sont dans notre histoire collective.Je la regarde avec émotion.
Je reprendrais mots pour mots ce qu'Eric à si bien formulé à l'égard de Henri.

Gilbert a dit…

Je suis aussi très sensible à ce que cette photo suscite comme "imaginaire".
http://www.youtube.com/watch?v=Hq-23MUuDJk

Archives du blog