lundi 12 mai 2014

Le chat de ma voisine...


9 commentaires:

christiane a dit…

Composition, lumière poudrée, atmosphère douce, presque onirique. Une fenêtre éblouie, un miroir, une toile, des livres, des livres, des livres, une machine à écrire comme venue du passé, des tommettes au sol et
un chat qui semble l'âme du lieu, tout droit sorti d'un conte.
Comme la vie semble rare en ce lieu où le fauteuil à la couverture appelle une présence-absence.
Cette photo apporte du bonheur, un vrai bonheur.

François a dit…

Bonjour Henri
c'est votre retour et avec quelle prise de vue!! La grande classe, couleurs, composition et cadrage.
Heureuse voisine d'avoir un tel voisin et cerise sur le gâteau son intérieure ainsi immortalisé.
Oui Christiane un vrai et grand bonheur.

Gabrielle a dit…

Enfin vous êtes revenu.
J'ai appris que votre expo à la Bibliothèque Américaine de Paris fut un vrai succès.
Bravo car vous le méritez.
Cette photo respire la concentration, l'étude et le calme.

Pascale a dit…

Cette photo appelle la détente et la relaxation.
Puis je dire ZEN ?
J'aime la fenêtre ainsi entrouverte et cette douce lumière ajoute au charme.

Lavande a dit…

Le chat de ma voisine
Qui tape à la machine
Conte de drôles d’histoires
A minuit, dans le noir.

D’une douce langueur,
Il surveille les heures
Prenant des airs câlins
Bien qu’il soit un félin.

Son poil immaculé
Ne doit pas le celer:
Souvent il est chasseur
Pour son plus grand bonheur.

Son grand ami Henri,
Magicien de Paris,
sait lui faire des caresses,
et goûte sa sagesse.

Gilbert a dit…

Arrgh ! Lavande, Vous m'avez ôté les mots de la bouche, je voulais mettre en relation avec cette si douce image "Le chat de la voisine" par Y.Montant c'est presque votre poème
mais en plus satyrique.
Alors j'en ai un autre qui conviendras aussi.
Aussi fort en noir et blanc qu'en couleur le Henri.

http://www.youtube.com/watch?v=gfnuwZZqYM0

Eric a dit…

La composition de l'image donne écho aux dires de plusieurs écrivains, étant que le chat est souvent leur compagnon d'écriture.
On lui a approprié pour ses songes une place royale si je puis dire

PMB a dit…

Un chat blanc ! Exactement comme le Albinos (nom donné par ma fille) :

...Il se souvient particulièrement de celui-ci, le plus voleur (et pas que chez lui, certaine voisine pleure encore le décès de six saucisses) et le plus indépendant, grand amateur d’escalade domestique au détriment de maint bibelot, affligé en sus d’une haleine de phoque. Quand il est allé chercher à la SPA un remplaçant occis (voiture, piège, mort-aux-rats, il y avait le choix), ce chat blanc attendant pile derrière la porte de la chatterie a sauté sur sa petite fille, lui faisant un numéro à la Clark Gable : pattes au cou, léchouille de ses longs cheveux, ronronnement de quadrimoteur. Père et fille ont fait le tour des autres chats, beaucoup jouant les sphinx par ennui dans leur panier, mais on se doute bien que le premier a remporté le concours haut la patte, et le droit d’avoir une nouvelle maison. Où, une fois devenu le propriétaire, il n’a plus jamais recommencé son coup de voyou, se bornant au service minimum des câlins calculateurs.

LE CHEMIN DES GRANDS JARDINS a dit…

Sur la pointe des pattes, l'inspirateur et ami des lieux.
Amicalement.

Roger

Archives du blog