mardi 16 avril 2013

Réver de partir loin, trés loin....


10 commentaires:

helenablue a dit…

Le titre est je me dis, oui...
La photo est je suis secouée, ouch!
Peut-on rêver le ventre vide?

François a dit…

Saisissante de vérité cette photo.
Regardes t il la carte pour voir le trajet parcouru pour arriver ici. Ou bien, pour partir vers des cieux qu'il pense plus clément?
Le rêve est possible le ventre vide car je crois c'est ce qui fait tenir jusqu'au lendemain.
François.

Pascale a dit…

J'ai fait un agrandissement de la carte,ce n'est pas très précis mais "on" est du côté des côtes de la Turquie.
Quelle vidéo nous trouveras Gilbert et quelle chanson?
Pascale

Mokhtar El Amraoui a dit…

Cette photo est une vraie leçon de la force de la dignité. Malgré la précarité de sa situation matérielle, il est très organisé, avec une apparence plutôt propre et soignée. Il s'octroie, comme tout un chacun, le droit de rêver de voyages! Belle lutte contre la chute et la déchéance!

Eric Couleurs de vie a dit…

Ch'ti bonjour,
Cette photo me fait penser à ces nombreuses personnes sur notre littoral qui étaient et sont dans l'attente d'aller vers un ailleurs en traversant la Manche avec l'espoir de trouver un travail afin de subvenir au besoin de leurs familles restées au loin dans leur pays.
Dans le film émouvant "Welcome" de Philippe Lioret avec Vincent Lindon ont découvre l'univers de ses réfugiés au travers une histoire emplie d'humanité.

Isabelle a dit…

Très beau film de P.Lioret et qui est superbement filmé.
Il est malheureusement facile de photographier des personnes dans la rue, il y en à tellement de nos jours, le plus difficile à mon sens est la façon dont Henri arrive à saisir ses photos( volé)et le moment d'humanité qui est encore présente, là cette carte dépliée entre les mains du personnage et je repense à cette photo du 13 mars de cette personne sous la neige protégée par sa pauvre couverture.
C'est fort, car ce n'est pas du voyeurisme mais des interrogations qui nous donne à voir.
Isabelle

christiane a dit…

Il soigne son ami le chien. Pour lui une boîte de pâté ouverte. Une autre en réserve le long du mur. Pour lui le carton sous la couverture. Le chien dort, paisible. L'homme ne dort pas. Quel chemin mystérieux suit-il sur cette carte alors que passent dans cette jolie rue des passantes heureuses ?
N'est-ce pas le chien qui, le premier, a reconnu Ulysse lors de son retour à Ithaque ?

Gilbert a dit…

J'espére vous faire plaisir Pascale,Il n'y aura que la chanson mais je crois qu'elle est appropriée.
Bonne journée,
Gilbert.
https://www.youtube.com/watch?v=T7YJoGXs2i8

Zoë Lucider a dit…

Et pourtant, il se dégage une impression de paix de cette photo. Il faut peut-être connaître le dénuement pour redécouvrir le rêve. Nous sommes tellement gavés!

Pascale a dit…

Merci Gilbert,vous avez bien choisi.Cette chanson je l'ai fredonnée et j'ai souvent dansée en "boite" dessus. Toute une époque.
Pascale

Archives du blog