lundi 27 décembre 2010

Une petite place au soleil...

9 commentaires:

François a dit…

Petit rayon de soleil réconfortant.
Au loin on voit la Seine en crue.
Joyeuses fêtes.
François.

Gilbert a dit…

Cette photo me rappelle la scène du beau film "Miracle à Milan" de V.De Sica ou de pauvres gens courent après le rayon du soleil.
http://www.youtube.com/watch?v=5keMRS85yYM
Bonne journée
Gilbert.

Gilles a dit…

Tous ces oiseaux goélands et mouettes sont également voraces & criards ; on peut dire que ce sont les vautours de la mer ; ils la nettoient des cadavres de toute espèce qui flottent à sa surface, ou qui sont rejetés sur les rivages ; aussi lâches que gourmands, ils n'attaquent que les animaux faibles, & ne s'acharnent que sur les corps morts. Leur port ignoble, leurs cris importuns, leur bec tranchant & crochu présentent les images désagréables d'oiseaux sanguinaires et bassement cruels ; aussi les voit-on se battre avec acharnement entr'eux pour la curée […].
   — Buffon, Histoire Naturelle · Discours sur la nature des Oiseaux, VIII, Les Goélands et les Mouettes, p. 395 (1783)

Je subodore que Buffon n'a jamais observé les goélands en personne, car on ne peut pas dire — la photo d'Henri en fait foi — que leur port est ignoble. Je dirais plutôt qu'ils sont sans peur, carrés, bagarreurs mais sympathiques.

zoé lucider a dit…

Quel œil Henri! Je sais, j'ai dû déjà m'exclamer de la sorte, mais l'harmonie des couleurs est inouïe!

Henri Zerdoun: a dit…

@ Gilles, en partie Buffon à bien observé le "caractère vautour" de ces volatiles.
J'ai été témoin de la voracité qu'ils pouvaient avoir et le terrible bec qui leurs servaient tranchant tel un rasoir.
Cet été, dans le bassin du jardin du Luxembourg, un canne avançait avec ses canetons derrière elle en file "indienne".
La scène était charmante et les enfants autour du ce plan d'eau étaient ravis de jeter du pain à ces petites boules de duvets inoffensives.
Soudain,venu d'on ne sait ou,une mouette piqua dans l'eau à la vitesse de l'éclair puis repris un peu de hauteur avec dans son bec un des canetons, elle se posa sur la tête d'une des statues toute proche et alors elle régurgita une tête ensanglantée qui tomba à terre.
Les pauvres enfants en furent tout traumatisés. Et la pauvre canne poussait des cris d'impuissance vers le ciel.
Alors pour prendre cette photo dont vous parlez Zoè, je me suis avancé tout doucement sans gestes brusques (a moins d'un mètre!)en ayant dans la tête ce que je viens d'écrire et je pensais aussi au film "les oiseaux" d'Alfred Hitchcok bien évidemment.
Bonne journée,
H.Z

Mireille a dit…

Au moins,Henri,étaient- elles rieuses,vos mouettes?
Contente surtout qu'elles ne vous aient donc pas attaqué!!
Bonne soirée.
Mireille.

Gilles a dit…

Tu as raison (et Buffon aussi) sur ce point.

J'ai observé une scène tout à fait semblable à ce que tu rapportes, en sortant du musée : une habituée laisse des croissants près d'une allée du parc juste à côté ; les oiseaux arrivent (mésanges, étourneaux), ensuite les goélands… qui attrapent parfois un petit oiseau. Ainsi est la Nature.

Les goélands remontent peu à peu les fleuves et rivières jusqu'au centre des villes car ils y trouvent plus facilement leur nourriture autour des terrasses des cafés, des grandes surfaces, des marchés, etc. que dans les ports ou sur les navires, où tout est sous conteneurs scellés. C'est pourquoi on les voit au centre de Paris, ce qui n'était pas le cas dans mon enfance (si mes souvenirs sont exacts).

jana a dit…

du versant poétique, au versant réaliste, ainsi vont les oiseaux...dans des vols tellement beaux et puissants, qui font oublier leur voracité.. et leurs becs..

Ainsi va la vie, entre poésie et réalisme..

A nous tous : BONNE et HEUREUSE NOUVELLE ANNÉE
(en espérant que nous n'y laisserons pas trop de plumes..)

Gilles a dit…

@ Jana

Il n'y aurait pas de poésie sans le réel ; à mon avis ils ne s'opposent pas.

Bonne Année !

Archives du blog